Dehors

Je déclare la saison ouverte
Ni le gris du ciel
Ni les hurlements du vent
Ne m’en empêcheront
Les cordages arrimés au palmier
La toile couleur lagon déployée
Les yeux dans de vagues nuages
Le corps louvoyant au rythme du balancier
Le temps du hamac vient de commencer