Un café et une nouvelle : éclipse

Enserrée par ma combinaison soviétique Sokol, je boucle ma ceinture.
C’est parti pour le grand bond en avant.
L’inconfort du voyage est préparé depuis des mois.
Décollage. Tremblements intérieurs et extérieurs.
Le Kazakhstan s’éloigne sous nos pieds.
Depuis les jeux de mon enfance, le rêve se matérialise enfin.
Six mois la tête dans le brillant spatial.
À ma gauche, le hublot de la fusée.
J’ose un regard.
Et tout à coup, un astre noir.
Il est 7 heures du matin sur France Inter, la tête dans mon café.
7 ans après la catastrophe de Fukushima, les territoires alentours restent contaminés.
Mal lunée pour la journée.