Au pire, le bac

Au pire, tu passes le bac.
Et tu as un rictus devant le sujet de math qui te parle de panneaux photovoltaïques et de drones.
Et tu as un large sourire devant le sujet de biologie qui évoque la maladie des enfants de la lune.
Et c’est la franche rigolade quand, en français, tu dois étudier un extrait de L’Usage du monde de Nicolas Bouvier.
Mais, quand tu es devant le sujet d’histoire, l’attitude des Français entre 1939 et 1945, alors là, c’est le trou noir.
Et tu te dis qu’au mieux, dans quelques jours, tu bosses et que tu n’entendras plus jamais parler de toutes ces choses parfaitement inutiles.