Renfermés

J’avais pourtant bien scellé la cloche
L’air intérieur refusait tout murmure inutile
L’effet parebrise rendait l’ambiance figée
Mais
A leur façon de se tenir dans la salle
Têtes baissées sur un ring
A leur façon d’être bouclés à leur table
Les mains nouées au stylo
J’ai bien vu
Dans leurs yeux
Les restes de plage, de vagues inattendues, de basculements rythmés, de rires entre copains, de défonces, de sueurs gluantes sur une piste de danse, de larmes du premier amour ou d’adieux du dernier train.
Alors, pas fière mais consciente de la réalité,
J’ai arraché d’un geste
Les lambeaux de leurs étés brûlés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *