Peaux

Parfois nos peaux sont des grottes
Des aspérités minérales au toucher monolithe
Des compressions organiques sous l’effet d’une caresse synclinale
Parfois nos peaux touchent l’hiver
Comme une fraîcheur espérée

(S’enfoncer dans le noir des grottes pyrénéennes pour fuir la chaleur)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *