Savon

Regarde le ciel
Se lave les mains
Regarde ses mains
Lave le ciel

Vivre un monde sanitaire donc

Pop

Admire le travail d’éclatement du maïs
Se demande comment seront les élèves avec l’interdiction de se mélanger à d’autres classes, de se regrouper, de faire des activités sportives ou culturelles dans leurs clubs habituels, d’aller rêver dans une médiathèque, de faire la fête en boîte de nuit
Se questionne sur leur transformation en popcorn
Craint l’éclatement du maïs donc

Feu

Un élève est arrivé à 8 h en cours avec un gilet pare-balles.

Blanc éclatant sur t-shirt noir.
Il a regardé les autres.
A bombé le torse.
S’est relevé plusieurs fois avant de poser le menton sur ses mains.
Ses mains sur la table.
Vous aimez Madame ?
C’est mon père qui me l’a offert.
Je lui ai demandé contre qui il se battait avec son déguisement.
Réflexion intense.
Corps figé.
Soudain ses mains sur son gilet.
Doigt pointé vers le cœur.
Madame,
je me bats contre mon feu intérieur.
(Je veux bien le croire)
(Toujours s’étonner du pouvoir de résilience des jeunes qui ne trouvent pas leur place au lycée)

Petit déjeuner

Parfois cherche à alunir
Dans le mou, le tendre, le relâché
Dans le glissement beurré de la tartine
En flottaison miraculeuse dans un ciel étoilé

(Photographier son bol matinal encore et encore)

amnésie

Ne plus trop savoir

Ni pour le ciel

Ni pour la terre

(Marche dans le pays de Mathias Enard)

Rentrée scolaire

C’est reparti pour le grand tourbillon
La valse aux 20 000 temps
Le sac de la 44ème rentrée
Le rythme en spirale
L’emploi du temps mouvant
Les rencontres enchantées-en chantiers
Cette année ce sera projet artistique poético-sonore, spectacles, expositions, rencontres littéraires
Avec eux
Ces jeunes bâillonnés
Qui auront bien besoin
D’un peu de liberté